article-dateWorkshop Bruges

Publié le 15/12/2013

Un anneau sur un bypass pour traiter les échecs du bypass.

 

IMG 5893          IMG 5890         IMG 5885

Je viens de participer à Bruges à un workshop comme on dit en Belgique, un atelier donc, les 5 et 6 novembre sur les échecs du bypass. Contrairement à l’idée reçue, le bypass connaît comme quasiment toutes les techniques des échecs -jusqu’à 15%- après quelques années.

L’effet hormonal du bypass (entre autres par le GLP1) est en cause puisqu’il s’estompe après 3 ans. L’effet restrictif potentiellement aussi si la poche ou le tube gastrique deviennent trop larges, l’effet malabsorptif également par des adaptations de l’organisme. Les éléments de comportement alimentaire doivent dans tous les cas être ré-envisagés.

L’effet restrictif de l’opération étant finalement beaucoup plus important que ce qu’on pense dans le bypass, on peut agir en recoupant une poche d’estomac trop grande ou en plaçant un anneau autour.

L’équipe de Bruno Dillemans est une équipe « à haut débit », comme souvent en Belgique où quelques gros centres monopolisent l’activité. A Bruges, l’ouest de la Belgique mais aussi des patients des Pays-Bas sont soignés pour l’obésité  au St Jans Hospital.

L’essentiel de la technique réside dans une grande pratique des ré-interventions, on parle dans le jargon de re-do (refaire). Il faut libérer les adhérences liées au(x) geste(s) précédent(s) jusqu’à obtenir une bonne lecture de l’anatomie et de la poche gastrique.

Il ne reste qu’à placer l’anneau et à utiliser quelques artifices pour l’empêcher de se déplacer par la suite.

Les résultats paraissent satisfaisants et plusieurs congrès à venir devraient les valider.

Dr Bruno Dillemans.

IMG 5936    

Une dizaine de chirurgiens visiteurs français et anglais étaient présents.

IMG 5938    IMG 5933

 

Eric VARINI.

 Logo-Obesite-petit